Mon chemin de Saint Jacques de Compostelle

C’est enfin, après 25 ans, en septembre 2018 que j’ai réalisé un rêve : j’ai fait le chemin de Saint-Jacques-de-Compostelle. J’ai fait le chemin français, partant de Saint Jean de Pied de Port jusqu’à Compostelle quelques 790 km. Eh oui je l’ai fait. Et cela m’a permis d’apprendre un certain nombre de choses sur moi-même, sur les autres, sur le monde. Et aujourd’hui je suis heureuse de partager ces leçons avec toi à travers mes prochains articles.

Leçon n°1 : Accroches-toi à ton ou tes rêves. Car le jour viendra, le moment viendra qui te permettra d’accomplir ton rêve. Qu’importe le résultat, tu seras fier(e) de ce que tu as accompli. Personne ne te posera la question, combien de temps tu as mis pour accomplir ton rêve. 

The Camino by Shirley MacLaine

Pour moi, cela m’a pris environ 25 ans. C’est  Shirley MacLaine et son livre «The Camino» qui, m’ont clairement inspiré. En 1994, l’actrice hollywoodienne de 60 ans,  s’est lancée dans une randonnée en solo le long du sentier de 799 km. Elle a partagé sa marche avec tant de passion, de joie et d’authenticité, qu’il est devenu clair pour moi, une fois que j’avais fini le livre, un jour je le ferais aussi.

Et me voila 25 ans plus tard entrain de réaliser mon rêve. Peut-être que j’avais besoin de temps pour me préparer mentalement, aussi que je suis un « late bloomer ». (littéralement une plante à floraison tardive) 

Je suppose que j’ai bien fait d’attendre 25 ans car la marche de Shirley était clairement beaucoup plus difficile et moins luxueuse que ce que moi j’allais vivre. Elle dormait dans des granges, n’avait souvent pas d’eau chaude pour se doucher, pas d’indication de chemin clair, pas d’iphone ni GPS, pas d’application Camino, pas de connexion avec d’autres pèlerins etc…

En tous les cas c’est en 2018, j’ai senti que le moment était venu, il fallait que je le fasse, et j’ai donc réussi à obtenir un congé sabbatique à mon travail, j’ai réglé mes affaires familiales et je me suis préparée à partir un mois toute seule.

C’est ainsi que je me suis retrouvée assise dans un avion qui m’emmenait à Biarritz, me demandant si j’avais tout mis dans mon sac à dos. J’avais

  • mon pantalon de marche
  • deux T-shirts de sport
  • un lot de sous-vêtements
  • mon matériel de pluie
  • des articles de toilette (dont 1 seul pansement contre les ampoules),
  • une jolie robe (un conseil très utile que j’ai lu sur un blog 2 jours avant mon départ, tu marches certes mais restes féminine!).
  • 3 paires de chaussures, on ne se refait pas ! (j’adore les chaussures) les chaussures de marche que je portais, mes sandales de marche et une paire de tongs.
  • Quelques affaires électroniques de base, couteaux, fourchette,
  • mon passeport
  • un stylo, un journal.

Au moment de l’embarquement, la balance de vérification a montré 5,2 kg wow! C’était déjà un vrai exploit pour moi, vu que je suis du style à emmener toujours plus d’affaires que nécessaire.

Pendant que l’avion décollait, je me suis rendue compte que cela devenait sérieux. Oh mon dieu pourquoi je me suis inscrite, étais-je consciente de l’effort que j’allais vivre, de la douleur, de la marche, du temps que j’allais ressentir. Non pas du tout. Je ne m’étais pas vraiment entraînée, ni préparée. C’est uniquement un jour avant le départ que j’avais préparé mon sac à dos, ce même sac à dos que j’avais acheté un jour avant. 

Je me suis aussi souvenue d’une conversation que j’avais eue, deux semaines avant mon départ, avec cette femme que j’avais rencontrée lors d’une soirée chez des amis. Elle revenait d’une semaine sur le Camino, et quand elle a entendu que moi j’étais sur le point de partir, elle m’a posé LA question que tout le monde pose : tu t’es entraînée, n’est-ce pas ?

Moi euh… virtuellement oui!!!  Pour de vrai je n’avais pas fait un km d’entraînement (je pense que j’avais dû mettre mes chaussures de marche comme 3 fois, ben quoi au moins je les avais mises). En entendant ma réponse, elle a commencé à me dire que j’étais irresponsable, elle venait de passer une semaine, juste une semaine, et c’était douloureux, elle avait pleuré, avait des crampes, avait souffert, avait eu des ampoules et voulait rentrer plus tôt.  Et moi je me suis mise à penser bien-bien-bien on verra bien, d’une façon ou d’une autre je vais m’en sortir.  Pour être tout à fait honnête avec toi, je ne savais pas trop comment j’allais m’en sortir.  Et c’est la que j’ai realisé la Leçon n°2 : travailles tes attentes

J’avais embarqué ce jour-là, pour le vol qui me déposait à Biarritz, je me souviens sans grande attente. Je savais bien qu’à l’époque j’étais davantage une reine du shopping qu’une reine de la marche, plutôt du genre à conduire pour me rendre au restaurant que d’y aller à pied, et je me suis dis : « ok tu sais quoi : si je suis de retour après 2 jours parce que c’est trop dur, eh bien je rentre au bout de 2 jours. »  Je n’allais pas me mettre sous pression, je voulais m’amuser, rencontrer des gens, voir jusqu’où je pouvais aller et en plus cela allait finalement être un mois de congé, loin de la famille, pas de responsabilités. Ça allait être moi, moi et moi et ce que le Camino allait m’offrir.

Accroches toi à ton rêve

Hold on tight to your dreams (Accroches-toi à ton rêve), tu connais peut-être cette chanson d’Electric Light Orchestra, je l’adore et maintenant je sais aussi pourquoi. C’était la première leçon que le Camino m’avait enseigné, car peu importe ce que les gens pensaient de moi, ce que me disait ma propre voix de saboteur, je suis restée fidèle à mon rêve que j’ai réalisé quelques 25 ans plus tard.  

Attentes

Et tes attentes, moins tu en as, mieux tu te portes. Une leçon que j’applique régulièrement depuis mon retour du camion et en fait depuis que je fais cela, je me sens beaucoup mieux.

 

 

à bientôt pour mes prochaines leçons tirées du Camino!

  • Alors et toi, quel est ton rêve qui te trotte encore dans la tête et qu’un jour tu vas réalisé ?
  • Que faites de tes attentes

Veux-tu nous raconter ?

Sois curieux (se), courageux (se), audacieux(se) et sois toi-même !

2 réponses sur “Mon chemin de Saint Jacques de Compostelle”

  1. Magnifique comme toujours, Brigitte, j’adore te lire!
    Mon reve maintenant, depuis 2 hours…devenir une actrise de doublage!!! Cela est devenue ma passion!!! J’ai commencé le cours le moins d’avril et mardi dernier sont commencés les vrais pratiques. Quand je suis face à face avec le texte et le film je suis dedans, je me sens complete. C’est dingue, je suis passionné, je sais que je suis là ou il faut être pour être moi-même. Je joue le rôle et je suis
    Bisous ma chère Brigitte!!!

    1. Ma chère Betlem, tout d’abord merci beaucoup pour ton commentaire. Tu es une actrice de doublage!!!. J’adore tes idées. tu es toujours super innovante et tu te réinventes constamment….. Dis moi quand sort ton premier film ou tu doubles un personnage. J’aimerai le voir — Bises ma Betlem

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.